Vérone

un mur    sous l’explosion de voix-silences

des cœurs pulsent

où l’urgence d’aimer sature       

l’espace   

déborde    

de diachylons aux milles mots

foudroient les regards indiscrets   

effusionnent leurs doigts

s’enroulent

s’évanouissent      dans l’abyssal

des relations bémolées

qui s’effritent     aux marques pierreuses

touches d’hier    au présent   

l’œil se pose et rêve

suspendu

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.