Pompéï

une cité a englouti l’instant     

passé de feu

j’entre

le souffle arraché        hurle

la porte    la maison     la table    la chaise    le regard     la caresse

des silences

            échos entre

                        les murs    les dalles

une douleur

            éteinte       

lèche les vestiges

ma chrysalide

            s’effrite

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.