Pérouse

mes pas ébruitent les murs

de huit cents ans

les arches en pierres m’accueillent

et les portes de bois

des grillages aux fenêtres   

s’échappent mes sensibilités

je m’arrête

j’écoute     je m’écoute

m’éprends

mes yeux retrouvent une voix

au creux de l’âme

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.