Où j'en suis…

Photo de Pixabay sur Pexels.com

Bonjour, toutes et tous,

Voici les dernières nouvelles de mon écriture de Mahdia, ou l’éloge de la faim – livre 2

J’en suis à la réécriture du chapitre 4. J’ai un peu plus de 30 pages d’écrites du roman. Ça va bien mais pas aussi vite que je le voudrais. Je ne suis pas aussi disciplinée que Stephen King, par exemple, qui lui ne se lève de son bureau qu’après avoir pondu ses 2000 mots. Et que fait-il quand le temps des réécritures arrive ? 

Lorsqu’on réécrit, ce n’est pas comme rédiger un premier jet. C’est une étape dans l’écriture où l’imagination fait son travail, certes, mais d’une manière différente : avec ses amies l’intuition et la sensibilité, elle se déploie et creuse dans l’histoire, elle remplit les espaces vides, les trous, qu’ils apparaissent dans les dialogues, dans les descriptions des lieux, des personnages, d’actions, des pensées et émotions de ces mêmes personnages. C’est aussi une étape où l’on sort le katana pour couper les superflus, les redondances, les répétitions et tout ce qui est inutile à l’histoire. 

Durant cette étape, la création à l’état pure n’est pas aussi dense que celle qui s’exprime lors de la rédaction d’un premier jet. Dans un premier jet, on défonce les barrières, on s’ouvre totalement, on s’abandonne à ce qui est, ce qui vient. C’est un moment de pure liberté, et c’est extrêmement bénéfique pour l’âme, l’esprit et le corps. Refouler cette énergie revient à boycotter sa nature première. C’est justement ce qu’imposent les Regharts, les extraterrestres qui ont envahi la Terre depuis plus de cinq siècles dans mon roman. Toute forme d’art, quelle qu’elle soit, est interdite sur TIERRA 6. Ce qui génère beaucoup de souffrances…  

Ce que j’aime, par contre, dans la réécriture, c’est le sentiment de bien faire mon travail en allant plus loin dans l’histoire, dans les personnages et dans la tension dramatique de la ou les scènes du chapitre. 

Avec ce roman, ce que j’explore (et apprends) le plus comme écrivaine, ce sont les descriptions. Mahdia, ou l’éloge de la faim est un roman d’atmosphère, dans lequel se développe une relation particulière entre Mahdia et Maki. 

Voilà, c’était les dernières nouvelles.

Merci d’être là, et de me lire.

Je vous embrasse.

Annie J. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.